écoper

écoper

écoper [ ekɔpe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1837; de écope
1Mar. Vider l'eau de (un bateau) avec une écope. Absolt Il a fallu écoper.
2Fam. et vx Boire.
(1887) Mod. Fam. Écoper (de) qqch. : recevoir (un coup), subir (un désagrément). Il écopa d'une forte amende. « Le jeune vicomte écopa, comme on dit dans l'armée, deux jours de salle de police » (Allais). Absolt Être atteint, puni. trinquer. Ce sont toujours les mêmes qui écopent. « chaque fois qu'il revenait d'une expédition sans avoir écopé » (Proust).

écoper verbe transitif Vider l'eau d'une embarcation avec une écope. ● écoper verbe transitif ou verbe transitif indirect Familier. Se voir infliger une punition, être condamné à quelque chose, recevoir des coups : Écoper (de) trois ans de prison.écoper (difficultés) verbe transitif ou verbe transitif indirect Orthographe Avec un seul p, comme écope (= pelle creuse pour vider l'eau d'une embarcation). Emploi et construction Écoper de ou écoper (= faire l'objet d'une sanction, de reproches ; recevoir des coups) v.t. ind. ou v.t. : il a écopé d'une amende (ou, moins courant, il a écopé une amende) pour excès de vitesse. Registre familier. ● écoper (synonymes) verbe transitif ou verbe transitif indirect Familier. Se voir infliger une punition, être condamné à quelque chose, recevoir...
Synonymes :
- déguster (populaire)
- dérouiller (populaire)
- payer (familier)
- prendre (familier)
- récolter
- trinquer (familier)

écoper
v. tr.
d1./d MAR Vider l'eau (d'une embarcation) à l'aide d'une écope.
d2./d Fam. Subir, recevoir (une punition, un dommage). Il a écopé (de) trois jours d'arrêts.
|| (S. comp.) Subir des reproches, des coups; avoir des ennuis. C'est lui qui a écopé. Syn. trinquer.

⇒ÉCOPER, verbe trans.
A.— Emploi trans. dir., MAR. Vider l'eau qui s'accumule au fond d'une embarcation non pontée, à l'aide d'une écope. Écoper un bateau, l'eau d'un bateau. Une méchante embarcation (...) où gicle par filets le flot qu'on écope lorsqu'on y songe quand on a les pieds trempés (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 412).
Absol. Lâche la barre, me dit Marius, il faut écoper (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 64) :
1. ... il [Arthur Cravan] trouva immédiatement de l'embauche comme matelot (...) à bord d'une barque danoise qui levait l'ancre pour se rendre « sur le banc », à la pêche à la morue, et Arthur eut à écoper dur, c'est certain (...) Le métier de matelot n'est pas rigolo et celui d'un terre-neuvas n'est fait que de misères. Cravan en bavait.
CENDRARS, Le Lotissement du ciel, 1949, p. 235.
Rem. a) Certains dict. attestent écopage, subst. masc. mar. Action d'écoper (ROB., Lar. Lang. fr.). b) On rencontre ds la docum. écopeur, subst. masc., mar. Personne qui vide l'eau à l'aide d'une écope. Il [Anatole] écoutait s'éteindre la chanson d'un ivrogne sur un pont, mélancolique sifflement d'un écopeur de bateau (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 373).
P. ext. Vider l'eau qui s'accumule dans un lieu à l'aide d'un récipient quelconque. Si l'eau arrive en petite quantité il pourra suffire d'écoper et d'assécher la fouille à l'aide de simples seaux (DEGRAND, RÉSAL, Ponts en maçonnerie, 1888, p. 138).
Absol. Écoper avec sa boîte à singe, lutter contre la flotte qui glisse quand même (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 257).
B.— Emploi trans. dir. ou indir., fam.
1. Subir (des dommages matériels), recevoir (des coups); être atteint ou touché (par quelque chose que l'on subit). Écoper un obus; écoper d'un ramponeau. Quand on écoppe une pareille raclée, on est ou un homme pas brave ou un homme pas fort (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 174) :
2. Les paniquards tiraient comme des enragés et comme nous étions en pointe par rapport à l'ensemble de la position tenue par le régiment, c'est nous qui écopions de ces milliers et milliers de balles...
CENDRARS, La Main coupée, 1946, p. 64.
Rem. On rencontre ds la docum. a) Des ex. où le compl. désigne quelque chose qui n'est pas désagréable. De deux heures du matin (...) jusqu'au moment où j'envoyai promener le drap (...) j'en écopai un, de sommeil! Et quand je dis un, je suis modeste; j'en écopai bien une quinzaine (COURTELINE, Ah! Jeun., 1894, p. 29). b) Un ex. où le compl. désigne une pers. Un petit gars (...) Il m'était tombé du ciel, j'en avais écopé (...) Il était de petit gabarit, mais bien charpenté (GENEVOIX, Avent. en nous, 1952, p. 62).
Absol. Ce sont toujours les déguenillés qui « écopent » (...); la faiblesse et la gueuserie attirent les coups (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 231). J'ai tout dégueulé (...) mon père il a fait qu'un bond (...) il a pas tout esquivé (...) il avait en plein écopé sur son pantalon (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 130).
Au fig. Pour en revenir au toast, les traditions religieuses de votre famille ont un peu écopé aussi (TOULET, Tendres mén., 1904, p. 19).
2. Subir quelque chose de fâcheux, de pénible
a) [Le compl. désigne des propos, des écrits malveillants] Être l'objet de (réprimandes, critiques souvent imméritées). Son ressentiment filtrera à travers Mme Zola, et votre femme écopera d'elle quelques mots désagréables! (GONCOURT, Journal, 1894, p. 529). Clemenceau écopait d'une page d'invectives (L. DAUDET, Clemenceau, 1942, p. 168).
Absol. Un nouveau journal illustré, (...) publie un long article, (...) où ce pauvre Baju « écoppe » mais « écoppe »! (VERLAINE, Corresp., t. 2, 1888, p. 133). Il paraît que je jouis du même privilège et que j'ai écopé en même temps que Barbey d'Aurevilly qualifié de sot (BLOY, Journal, 1901, p. 52).
b) [Le compl. désigne une sanction, une punition] Se voir infliger (une punition); être condamné à (une peine de prison). Le matin même, il avait écopé de deux jours sur le terrain de manœuvres (COURTELINE, Train 8 h 47, 1re part., p. 67). Le fils de ma concierge, (...) et un autre de ses camarades, également décoré, qui écopèrent chacun dix ans de prison (CENDRARS, Main coupée, 1946, p. 254). Je peux pas donner un copain, un copain qui, lui écoperait vingt ans car il a autre chose sur les épaules (VIALAR, Débucher, 1953, p. 95).
Arg. Écoper la centrouse. Être condamné à une peine de prison. Si tu es malade, va en cambrouse : tu n'écopperas peut-être pas la centrouse (HOGIER-GRISON, Monde où l'on vole, 1887, p. 300).
Absol. J'avale mon émotion, v'lan, d'un coup. C'était un chic type, ce bougre-là, parce qu'il écopait salement si je m'faisais poisser (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 173). Si nous avions été pris à fumer, il écopait comme nous (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 111).
Prononc. et Orth. :[], (j')écope []. La docum. atteste la var. graph. écopper (supra HUYSMANS, loc. cit. et VERLAINE, loc. cit.) Étymol. et Hist. 1. 1837 trans. « vider (un bateau) avec une écope » (BALZAC, Employés, p. 35); 1884 intrans. (A. DAUDET, Sapho, p. 173); 2. 1867 « boire » (DELVAU); 3. 1867 « recevoir des coups; être atteint, puni » (ibid.); 1879 trans. « recevoir (un coup) » (HUYSMANS, Sœurs Vatard, p. 174); 4. 1880 écoper de (Moniteur du bibliophile ds LARCH. Suppl., 1883, p. 57). Dér. de écope; dés. -er. Fréq. abs. littér. :39. Bbg. PAULI 1921, p. 37. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 169, 428.

écoper [ekɔpe] v. tr.
ÉTYM. 1837; de écope, et suff. verbal.
1 (1837). Mar. Vider (un bateau) avec une écope.Absolt. || Il va falloir écoper.
0.1 Presque instinctivement, j'écope d'abord des deux mains, puis avec mon chapeau : instrument absurde de ce travail impossible. Il fallait écoper assez vite entre les plus grosses vagues pour que l'Hérétique, allégé, émergeât suffisamment.
Alain Bombard, Naufragé volontaire, p. 158.
0.2 Il (le bateau) a besoin d'être écopé, l'eau affleure le caillebotis.
Hervé Bazin, Cri de la chouette, p. 159.
Par ext. Vider (un lieu) avec un récipient. || Écoper un bassin avec un seau.
2 (1867). Fam., vx. Boire. Écluser.
3 (1879). Mod. Recevoir (un coup), subir (un dommage).
0.3 Pourtant dans les premiers jous de son incorporation, le jeune vicomte « écopa », comme on dit dans l'armée, deux jours de salle de police.
A. Allais, Contes et chroniques, p. 55.
Trans. ind. || Écoper de… : recevoir (une punition). || Il a écopé d'une réprimande.(1880). Être condamné (à une peine de prison). || Il a écopé de dix jours de prison.
(1867). Absolt. Être atteint, puni. Trinquer.
1 Si on pouvait les pincer une bonne fois, elles écoperaient ferme, c'est fort probable. Mais il faudrait pouvoir les convaincre de quelque délit prévu.
Léon Bloy, la Femme pauvre, p. 257.
2 (Il) a été sept fois blessé avant d'être tué, et chaque fois qu'il revenait d'une expédition sans avoir écopé, il avait l'air de s'excuser et de dire que ce n'était pas sa faute.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XIV, p. 72.
DÉR. Écopage.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • écoper — v.i. Recevoir des coups, des reproches, des punitions ; être la victime : C est toujours les mêmes qui écopent. Écoper de deux jours de tôle …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • ÉCOPER — v. tr. Vider un bateau avec une écope. On l’emploie aussi intransitivement dans la langue familière et alors il signifie éprouver un dommage, recevoir une forte réprimande, souvent imméritée. Il a écopé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • écoper — vt. , vider avec une écope ; choper, recevoir, se ramasser, se coltiner, (une punition) : ÉKOPÂ (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • trinquer — [ trɛ̃ke ] v. intr. <conjug. : 1> • 1546; all. trinken 1 ♦ Vx Boire. Spécialt Boire avec excès. « quand il avait bu un peu, et ça lui arrivait. Il était même noté pour trinquer, c était son faible » (Céline). 2 ♦ (1690) Boire en même temps… …   Encyclopédie Universelle

  • Mottie et l'inondation — est un épisode de la série de bande dessinée Mottie la marmotte, scénarisée par René Goscinny et dessinée par Jo Angenot en 1957, dessinée en Tintincolor. C est le dernier des quatre épisodes de la série scénarisés par Goscinny. Sommaire 1 Résumé …   Wikipédia en Français

  • écope — [ ekɔp ] n. f. • 1369; frq. °skôpa ♦ Mar. Pelle de bois munie d un manche servant à écoper. ● écope nom féminin (francique skōpa) Pelle creuse munie d un manche, qui sert à vider l eau d une embarcation. Appareil mécanique pour épuiser des pièces …   Encyclopédie Universelle

  • recevoir — [ r(ə)səvwar; rəs(ə)vwar ] v. tr. <conjug. : 28> • 1273; receivre Xe; lat. recipere I ♦ (Sens pass.) Se voir adresser (qqch.). 1 ♦ Être mis en possession de (qqch.) par un envoi, un don, un paiement, etc. Recevoir une lettre, un colis, un… …   Encyclopédie Universelle

  • récolter — [ rekɔlte ] v. tr. <conjug. : 1> • 1751; de récolte 1 ♦ Faire la récolte de (qqch.). ⇒ recueillir. Récolter le blé (⇒ moissonner) , le raisin (⇒ vendanger) , les fruits (⇒ cueillir) , les pommes de terre (⇒ ramasser) . Pronom. Ces fraises… …   Encyclopédie Universelle

  • subir — [ sybir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1567; « dépendre d une juridiction » 1481; lat. subire « aller (ire) sous » 1 ♦ Être l objet sur lequel s exerce (une action, un pouvoir qu on n a pas voulu). Subir un joug, une tutelle. ⇒ 1. supporter.… …   Encyclopédie Universelle

  • vider — [ vide ] v. tr. <conjug. : 1> • vuidier « retirer d un lieu » XIIe; lat. pop. °vocitare, de vocitus → vide I ♦ Rendre vide. 1 ♦ Rendre vide (un contenant) en enlevant ce qui était dedans. Vider ses poches, une boîte, un meuble. Vider un… …   Encyclopédie Universelle


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»